Entreleslignes

Parler pour ne rien dire.

Mardi 16 mai 2017 à 23:45

 
Il la regardait du coin de l'oeil. Il ne disait rien. Mais ses yeux devaient tout retranscrire. Il la regardait fumer sa cigarette, elle prenait son temps, à prendre chaque inspiration et à dégager la fumée de sa bouche. Son regard à elle était fixé sur l'écran de la télé. Par gêne. Il le savait. Et ça l'énervait. Parce que quand il lui parlait, surtout de trucs aussi intimes, il aimait bien qu'on le regarde et lui réponde dans les yeux.
- Réponds moi, dit-il d'une voix calme.
Elle tourna sa tête vers lui. Et il croisa enfin ses yeux noirs. Il esquissa un sourire.
- Quoi ? Tu veux quoi ? Sois plus explicite, s'impatienta t-elle.
Il soupira. Elle le forçait dans ses retranchements. Elle était douée pour ça. C'était une vraie joueuse. C'était vraiment compliqué avec cette fille. Pourtant elle est nettement plus jeune. Il n'avait jamais ramé auparavant avec quiconque. Du moins, pas aussi longtemps. Il commençait à dépérir et à se demander si au final il n'était pas un peu pris pour un coup. Mais il se ressaisit et choisit de la prendre à son jeu. Elle veut du cash, elle aura du cash.
- Je me demandais si...
- Bon sans, le coupa t-elle, mais va droit au but.
Elle commenca à se mouvoir et à s'avancer vers lui.
- C'est ça que tu veux ? demanda t-elle en tendant ses lèvres vers lui.
Il n'eut même pas le temps de fermer les yeux que ses lèvres étaient déjà repartie. Elle se rassit à sa place initiale.

Merde, il n'avait rien vu venir. C'était allé si vite qu'il n'avait même pas eu le temps de quoi que ce soit.
- Non mais non, c'est pas comme ça que c'est supposé se faire. s'offusqua t-il.
- Bah tu voulais qu'on s'embrasse non ? s'esclaffa t-elle.
- Je voudrais t'embrasser différemment, dit-il posément sans laisser sa voix trembler, pourtant il sentait que ses mains tremblait. Son coeur battait un peu plus rapidement, et il sentait également son entrejambe se durcir légèrement ce qui le génait encore plus si jamais son interlocutrice venait à s'en apercevoir.
- Tu m'embrasserais comment alors ? demanda t-elle en posant sa cigarette sur le cendrier placé sur la table basse.
- Tu me laisses faire ? demanda t-il en commençant à s'avancer vers elle. 
- On s'embrasse qu'une fois hein, c'est juste pour répondre à ta question. dit-elle rapidement en le voyant, lui et ses yeux amoureux s'approcher d'elle.
Il passa ses mèches brunes derrière son oreille avant d'approcher ses lèvres contre les siennes.
Il était au paradis.
Pour elle c'était l'enfer.

Mais quelle idée stupide de répondre à des demandes de baiser. Et voila, résultat, elle se trouvait aplatie, lui contre elle, à l'embrasser fermement. Elle le soupçonnait pendant ses 30 secondes qui parurent une éternité à vouloir ouvrir sa bouche pour y glisser sa langue. Mais non, elle ne laisserait rien passer. Un baiser seulement, ni langue, ni aucun sexe n'entrera en elle. Pas ce soir. Alors elle sentit son souffle sur elle. Elle avait beau fermer les yeux, essayer d'apprécier, parce qu'elle l'appréciait ce garçon et sa compagnie. Mais non.
Le néant.

Elle sentait qu'il était amoureux. Il se dégagea d'elle et lui murmura des mots totalement amoureux, qu'elle avait du mal à comprendre. Il la fixa et lui dit "Je dois te regarder pour ne jamais oublier ce moment dans ma vie". Alors ils se fixèrent, et elle ne dit un mot. Elle ne faisait pas la maligne. Oserais t-elle lui dire que pour elle ce moment était juste le plus malaisant de sa vie ?
Non.

Il la dévora du regard. Elle avait l'impression d'être son soleil, son astre, sa divinité. C'était trop. Trop pour être vrai. Ses yeux brillaient quand il la regardait. Elle aussi elle avait des yeux humides, mais c'était loin d'être de la joie qui se dégageait de son regard.
Alors, il pris sa main, à elle, et la dirigea vers sa poitrine à lui. Et elle sentit un coeur qui battait fort. Un coeur qui battait fort pour elle.

 

Elle qui ne ressentait rien. Pas pire qu'une pierre, qu'un roc. Ce baiser n'avait été qu'un grand vide aride dans lequel elle s'était plongé. Sans plaisir, sans rien, elle fixait cet homme dont elle ne méritait aucun de ses regards. Elle n'était même plus capable d'apprécier les baisers animés d'un être humain.
Sècheresse, vide, solitude étaient les seuls mots qui l'inspiraient ce soit là.

Sous la neige, en rentrant chez elle. Elle ralluma une cigarette. Les rues étaient vides, elle n'avait jamais sentie une aussi grande solitude qu'à ce moment précis. Elle aurait aimé donner. Alors, elle versa une larme. 




Mardi 13 octobre 2015 à 23:40

Les larmes venaient, c’était comme ça. Elle savait que ça arrivait, toujours au même moment, ce moment lassant au milieu d’une soirée où la musique devenait un fond sonore sans sens, où les gens ne comptaient plus leurs verres. Et où désespérément, elle se réfugiait dans l’obscurité d’un cabinet à l’abri des regards indiscrets, si non trop occupés à danser.

Elle n’aimait pas être dans cet état, elle le savait. C’était comme attendre que ses pensées sombres surviennent et tout lâcher pendant 5 minutes. C’était trop dur de tout contenir. Un jour elle y arrivera, elle le sait. Mais maintenant non. Elle n’est pas guérie. Elle craque un coup. Pense encore. Lâche un sanglot. Pense encore. Elle respire dans le noir, sous le bruit de fond de la musique qui tape sur la porte. Et elle fixe le vide devant elle.

C’est toujours le même rituel qui dure à chaque putain de soirée où elle boit. Comme un lycanthrope ou un vampire, elle changeait d’humeur lorsque la lune se levait. Comme si la vérité surgissait à travers l’alcool et que ça faisait tellement mal qu’elle ne pouvait que pleurer. Le rituel consistait ensuite à s’éponger les yeux face au miroir. Pour avoir l’air potable. Parce que ce soir oui, tu seras potable ma belle, tu seras même mieux. Les yeux rougis, elle se donne des claques, elle respire, elle se donne du courage en regardant son reflet. Foutu reflet. Elle pourrait le fixer des heures durant pour essayer de se comprendre.

Elle voit la lune à travers la fenêtre, elle sourit. Un sourire faux, mais qui lui apportera du courage. Elle se regarde une dernière fois dans son reflet avant de déverrouiller la porte. La musique lui explose aux oreilles et l’atmosphère lourde de la soirée lui éclate à la gueule. Elle continue de sourire.

 

Plus tard, elle retrouvera sa pièce de solitaire, mais à deux cette fois. Si au début elle avait honte de ce nouveau rituel. Aujourd’hui elle s’en fichait. Elle aimait leur regard sur son visage et leurs façons de parcourir son corps. Elle aimait leur façon différente de l’embrasser, de la saisir. Chacun à leur manière lui réconfortait le cœur et lui permettait d’oublier la douleur.

Eclairés par la lune, elle ne voyait plus que les deux yeux marron face à elle. Il lui parlait, il lui disait de belles choses, il la réconfortait. Il lisait dans son regard l’inquiétude du monde. Alors il voulait la rassurer. Parce qu’elle avait bien vite compris que dans la baise, on ne retrouvait que des âmes meurtries, qui ne cherchaient qu’une chose : c’était d’être rassurées.  

Elle n’écoutait pas ses phrases. Elle le trouvait beau. Elle le trouvait fascinant. Mais elle n’écoutait rien. Il lui parlait doucement. Il comprenait. Ils avaient envie l’un de l’autre, le temps d’une soirée. Et c’était ça qui était parfaitement incroyable, c’était ce pouvoir magistrale de séparer le corps et l’esprit le temps d’un soir. Si sentimentale, elle était capable d’offrir son corps sans se poser de question dès l’instant où elle en avait envie.

La plus parfaite union de deux êtres se transformait alors en l’image sordide d’une harmonie entre deux âmes paumées remplies de regrets.


http://entreleslignes.cowblog.fr/images/tumblrn9cjvpd9Ze1qzvfspo1r1500.jpg

Lundi 10 août 2015 à 20:34

 
Les sons frétillaient jusque dans mon corps pour glisser dans mes doigts que je faisais bouger doucement. Je dansais. Je planais plutôt. J'étais dans ma bulle où personne ne pouvait m'atteindre, où n'importe quel morceau de musique pouvait m'apporter le plaisir le plus paisible. Où aucune pensée ne me pénétrait. Juste le plaisir de flotter, ça et là au milieu d'une foule, au milieu de formes que je distinguais vaguement. Je sentais le sol sous mes pieds, je sentais mon bassin se tourner, et je flottais. Au gré des sons, je planais comme une fille qui se serait droguée. 

Le sentiment est décuplé quand mon ami vient poser ses mains sur mes hanches. Je redescends, je ne fais plus corps avec moi même. J'identifie la personne face à moi. Lui aussi ferme les yeux, puis il les ouvre et laisse ses yeux bleus percuter les miens. Mes mains se posent instinctivement derrière son cou. A deux, nous formons une figure bizarroïde sur la piste. Le charme de mon plaisir solitaire est rompu, mais qu'importe, je danse, à deux ou seule, c'est pareil. Mon ami tend sa tête vers mon visage. On ne s'échange aucun mot. On reste silencieux en se fixant. Je ne me sens même pas mal à l'aise. Nos bouches se croisent. C'est la première fois depuis. Je n'en aurais aucun souvenir le lendemain, mais sur le moment, je ne réfléchis plus. Notre danse ressemble à un cadavre qui se traîne. Je plane cette fois-ci mais uniquement parce que je retrouve une chaleur humaine en posant ma tête contre son épaule. Nous restons en silence à danser comme deux personnes solitaires qui cherchent à se rassurer.

Toujours silencieux, toujours sans rien dire, sa main reste dans la mienne. Et il m'emmène. Nous traversons sa ville. Je ne la connais pas. Il est tard. Il fait presque jour. J'entends les mouettes. Nous montons des rues, nous passons devant des maisons. J'entends les vagues. Je n'ai ni froid, ni chaud, ni faim, ni soif. Mon corps veut juste s'allonger. Et nous marchons, main dans la main, sans rien se dire. Une main chaude, qui plie mes phalanges. C'était aussi la première fois depuis.
Et il ouvre une porte, nous titubons vers l'escalier, une deuxième porte à la dérobée s'ouvre. Toujours en silence, il m'allonge. Nous restons silencieux, sans rien dire avant d'entamer une autre danse. La première depuis également. 

Et pourtant, je ne me suis jamais sentie aussi seule que dans celle ci. 

http://entreleslignes.cowblog.fr/images/tumblrml7m72HoEv1roupexo1500.jpg

Jeudi 23 juillet 2015 à 20:10

  
Le plus dur c'est pas la rupture. Ca on s'en fiche. L'acte en lui même, ces mots, viennent s'installer tout seul dans le creux du quotidien. L'utilisation du mot "ex" au détour des phrases devient naturel, on parle au passé, on ne se corrige plus lorsqu'on évoque un copain. La plus dur c'est l'acceptation, c'est de compter les jours, de se demander quand est ce que ce brouillard se défait, et d'attendre que le temps tourne. Et il tourne ce bâtard, et il passe à une vitesse, et il soigne les plaies les plus vives, je le savais. Le plus difficile dans tout ça c'est de s'accoutumer, avec le temps - encore lui-, au vide béant qu'il a laissé derrière lui. C'est de retourner au stade de solitaire. Mais pas un solitaire triste. Non, un solitaire renforcé. C'est se retrouver seul sur les chemins visités à deux, se retrouver seul sur les mêmes lieux, les souvenirs, les premières fois, les phrases échangées qui ont pu réchauffer le coeur, c'est oser repasser dans sa mémoire les moments vécus. Le plus dur c'est de gérer la nostalgie et les faux espoirs, de se dire qu'on a été qu'une page dans la vie de l'autre. Que lui continue la sienne. Que nous ne nous retournerons plus jamais. Que ça a été beau, qu'on a aimé, mais qu'on doit repartir, seul.


Le plus dur, c'est le goût amer des espoirs engloutis auxquels on repense au détour de mots, de lieux, de parfums. Ca vous surprend. Tout va bien, vous allez bien, et tout d'un coup, une phrase ou une odeur vous rappelle ce souvenir si précieux. C'est d'affronter des fragments de choses que même le temps ne peut pas guérir, du moins pas encore.


Le plus dur c'est de rebondir, de regoûter à des nouvelles choses, à d'autres lèvres, à d'autres odeurs, à d'autres personnes, et de sentir le vide encore présent derrière vous qui vous paraît encore plus grand de l'autre côté. C'est compliqué d'aimer, d'accepter qu'il y a une fin, et d'oser recommencer.

C'est compliqué. 

http://entreleslignes.cowblog.fr/images/tumblrmh1yfvtSQc1rzeztno11280.jpg

Mardi 13 janvier 2015 à 19:32

 Que c'est compliqué l'amour. C'est pire qu'un labyrinthe, c'est un puzzle humain : comprendre l'autre, se faire comprendre, saisir les mots, les piques, les sous entendus, mettre les choses à plats, s'énerver, crier, pleurer, s'expliquer, se taire, reprendre son souffle et faire des compromis. C'est toujours les mêmes étapes, c'est des apprentissages de l'autre petit à petit, c'est des concessions.

 

Et putain c'est fatiguant, moi parfois j'ai envie d'abandonner. Est-ce que ça vaut vraiment le coup tout ces combats quotidiens ? Est-ce que on va quelque part ? Pourquoi quand je pense au "nous" j'ai l'impression d'être toute seule ?
Je sais pas, mais en ce moment je me pose, encore, à nouveau, un tas de questions. L'euphorie de l'amour, des émois, des premiers mois, des années est passé, on se questionne, on grandit et on arrive au terrible moment où il faut faire des choix. Je fais des choix selon la personne que j'aime, pourtant j'ai l'impression que je suis seule à penser au pluriel. Et putain que ça fait mal d'entendre des silences quand on pose la question : "et après ?", de se dire que l'autre n'a même pas pris la peine d'y penser. Que ça me fait mal tous ces soupirs lorsque je me lance dans un futur, pas si lointain, et qu'au final, je me retrouve seule à imaginer.

J'ai l'impression d'avancer toute seule en poussant quelqu'un vers moi du bout des doigts. Je préférerai lui serrer le creux de la main fort et que l'on marche ensemble dans les mêmes directions. 

Est-ce que ce genre de doutes, de questions, cela veut dire que nous ne partons pas ensemble ? Ces soupirs et ces silences signifient-ils, que non, tu ne vieilliras pas à ces côtés ?

Rien que d'y penser, je pleure à en vomir.

http://entreleslignes.cowblog.fr/images/tumblrnecwb2T6vB1sttozoo1500.jpg

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | Page suivante >>

Créer un podcast